La Yachtingraf d’Éric Tabarly

7 min de lecture

Récit d’une découverte

Tous les amateurs de montres connaissent cette fameuse photographie d’Éric Tabarly, sur ce que l’on devine être la proue d’un bateau, utilisant son sextant et avec au poignet une LIP Nautic Ski. Il existe d’ailleurs d’autres clichés où l’on voit le marin porter cette fameuse montre française mais vous l’imaginez bien, ce n’est pas de Lip dont nous allons parler dans cet article.Éric Tabarly avec sa Lip Nautic Ski au poignet.

Nous allons parler de Yema et il se trouve qu’un jour, complètement par hasard, en naviguant moi aussi, mais sur Instagram, qu’une photo alors postée par @_slogann_ m’interpelle… Nous sommes le 09/06/18 et il doit être 21H00…

Eric Tabarly avec sa Yachtingraf © Bernard Deguy

Je reconnais évidemment tout de suite le légendaire Éric Tabarly. Je retrouve à peu près la même photo avec le sextant mais stupéfaction, à son poignet il semble porter une Yachtingraf. Il ne s’agit donc pas de la même photo. Je visionne le cliché une nouvelle fois avec un œil plus averti. Pas de doute, le bracelet marron trapézoïdal d’origine confirme mon observation, c’est bien une Yachtingraf première génération, celle avec le double compteur. Difficile en revanche de déceler le mécanisme embarqué. On distingue bien trop mal le cadran qui pourrait nous révéler quelques indices : V92, 7730, 7734 avec date ?

Exemple d’une Yema Yachtingraf 7730 © Batilou

Excité par ce que je viens de voir, mais étonné d’être passé à côté de cette histoire ou alors d’être peut être sur la piste d’une nouvelle découverte, comme Yema nous en procure souvent, je contacte alors immédiatement @_slogann. Celui-ci me révèle avoir pris cette photo dans le magazine Voile et Voiliers n°568, numéro actuel du mois de juin 2018 qui consacre un large article à Éric Tabarly avec de nombreuses photos inédites.

Le magazine Voiles et Voiliers n°568

Super, j’avais donc la photo et sa source mais il m’en fallait plus. Je voulais connaître les différentes anecdotes qui pouvaient se cacher derrière le fait que Tabarly ait porté une montre Yema.

Je contacte le magazine afin de savoir qui est l’auteur de cette photo et s’il est possible de le joindre. Il est 21H12 ce soir-là, et je n’aurai donc pas une réponse immédiate. Je vais devoir attendre…

Pour patienter, je fouille sur la toile (Internet) afin de trouver cette photo ou quelque chose sur Tabarly et Yema, mais rien…Eric Tabarly portait très certainement une Yema Yachtingraf mais personne n’en avait jamais parlé et on ne trouvait rien à ce sujet. Le magazine disait donc vrai, la photo était bien inédite, tant pis.

Je continue cependant mes recherches mais cette fois-ci dans un livre que j’ai la chance d’avoir à la maison sur le formidable Éric Tabarly. On y découvre parfois plus de choses que sur Internet, Je ne m’attarde plus sur la lecture de celui-ci mais je scrute toutes les photos et surtout tous les poignets afin d’apercevoir peut-être de nouveau une Yachtingraf.

Mon opiniâtreté finit par me donner raison, puisque je découvre une nouvelle photo, non pas d’Éric Tabarly mais de son fidèle ami et navigateur          Gérard Petipas avec au poignet ce qui ressemble de nouveau à une Yachtingraf. Rien n’est moins sûr, même si encore une fois les Yachtingraf sont très reconnaissables. La montre n’est pas totalement visible, elle a un bracelet noir au lieu d’un trapézoïdal, c’est peut-être (sûrement) un tropic.

Gérard Petipas ici à la table à cartes de Dame d’Iroise avec sa Yachtingraf
© D. De Lanoüe

Pour en avoir le cœur net, je prends contact avec Gérard Petipas, toujours en vie au contraire d’Éric Tabarly, disparu tragiquement en mer dans la nuit du 12 au 13 juin 1998.

Gérard Petipas a aujourd’hui 78 ans et reste évidemment un fidèle du monde de la voile. Il fait partie de l’association Éric Tabarly créée en 1999, un an après la disparition du navigateur. Parmi les initiateurs de l’Association, on trouve Jacqueline Tabarly, Olivier de Kersauson, Jean-Yves Le Drian et Gérard Petipas. J’envoie un mail à l’association, il est 21H50, je vais donc devoir de nouveau patienter…

Le lendemain, le 10/06/18, le magazine Voile et Voiliers me répond :

“Bonjour Monsieur Germain, cette photo a été prise par Bernard Deguy comme il est indiqué. Nous ne pouvons pas vous l’envoyer mais nous allons essayer de vous trouver le contact du photographe pour que vous lui demandiez directement. Très cordialement.”

Bernard Deguy, aujourd’hui âgé de 79 ans, est un photographe professionnel et a participé à plusieurs courses maritimes auprès des plus grands noms de la voile et notamment d’Éric Tabarly. Mais tel un vieux loup de mer, je n’ai pas trouvé grand-chose pour le contacter… À suivre.

Le 11/06/18,

Le lendemain matin, je reçois un appel de Gérard Petipas et c’est avec plaisir qu’il a reçu mon mail et a eu la gentillesse de m’appeler directement afin de répondre à mes interrogations.

Avant même d’aborder le sujet de ma démarche, je lui pose la question de savoir si Yema lui rappelle quelque chose, voici sa réponse :

“Évidemment, je garde de très bons souvenirs de la marque et de Monsieur Belmont. En 1968, Éric (Tabarly) et moi avons reçu chacun une montre Yema Yachtingraf mais je ne saurais vous dire comment ou pour quelle occasion.”

 

N’oublions pas que Yema fut Fournisseur Officiel de l’Équipe de France de Voile avec sa collection Yachtingraf et c’est donc peut-être (sûrement) la raison de l’offrande.

Macaron Yema – Fournisseur officiel Équipe de France de Voile

Ce logo était d’ailleurs présent sur les fonds des boîtes des Yachtingraf remises aux membres de l’Équipe de France. Nous ne saurons jamais si c’était le cas sur celles de Gérard Petipas et d’Éric Tabarly mais cela reste un détail.

Fond de boite Yachtingraf avec le logo Yema, Fournisseur Officiel Équipe de France de Voile ©Hako

 

La presse avait d’ailleurs commenté ce partenariat.

coupure de presse de l’époque ©ChP

 

 

L’important est que Gérard Petipas vient de me confirmer que Éric Tabarly et lui-même avaient tous deux porté à l’époque des Yema Yachtingraf et que ce sont bien celles-ci que l’on distingue sur les clichés.

Je poursuis en lui demandant de quelle manière il l’utilisait :

“Nous en avions une utilisation quotidienne. C’était pour moi un véritable outil de navigation, et je l’utilisais principalement comme chronographe.”

Ma dernière question est celle que bon nombre de personnes doivent se poser en lisant ces quelques lignes : est-ce que vous l’avez encore ?

“Malheureusement non, je n’ai aucune idée sur ce qu’est devenue cette montre, où est-elle passée ou si je l’ai perdue. Il ne m’en reste que des regrets, de plus je la trouvais vraiment magnifique.”

On peut d’ailleurs se poser la même question au sujet de celle de Tabarly. Est-elle rangée dans un vieux tiroir familial ? Existe-t-il un heureux propriétaire qui l’aurait récupérée ? Repose-t-elle, elle aussi, au fond de la mer ?

Mes questions posées et surtout ayant eu les réponses que j’attendais, nous continuons à discuter autour de Yema et à ma grande surprise, il me précise qu’il suit toujours l’actualité de la marque, qu’il sait que Yema sera chronométreur officiel de la Route du Rhum et qu’il garde un œil attentif sur la sortie de la Yachtingraf Héritage.

J’en profite également pour lui parler de Bernard Deguy, qu’il doit forcément connaître. “Evidemment” me répond-il et m’indique qu’il va essayer de me communiquer ses coordonnées dès qu’il les aura trouvées mais que celui-ci est actuellement en pleine mer et encore pour un bon mois avant de remettre le pied sur la terre ferme…

Peut-être de nouvelles anecdotes à venir, je vais devoir encore patienter…

William Germain

@Ledoublv

Un grand Merci à William pour nous avoir envoyé ce scoop et avoir écrit ce superbe Article.

N’hésitez pas, vous aussi, à partager avec nous une anecdote, un article, une revue ou tout document autour de l’univers Yema. Nous le partagerons avec plaisir sur ce site. Vous pouvez nous écrire via le formulaire de contact.