Entretien avec Jean MÜLLER, directeur du design YEMA [#6]

4 min de lecture

Quand c’est bon, on en reprend volontiers ! C’est donc avec gourmandise que je partage avec vous le petit échange avec Jean MÜLLER qui a suivi la dernière publication de notre bel entretien ? Je vous le livre « tel quel ». Vous devinerez aisément les questions qui ont suscité les deux premières réponses.

Bonne lecture !
Jerry 

Entretien avec Jean Müller.
Le Bonus

 

Cher Monsieur,

Ma date de naissance: 19 juin 1946

 Mon nom possédait certainement à l’origine un umlaut sur le u, il a été « francisé » depuis de nombreuses générations sans ce tréma. Mais je ne me suis jamais offusqué de l’une ou l’autre orthographe !

Vous pouvez publier le reste de mes réponses, certaines sont vagues ou incomplètes mais c’était il y a si longtemps … je vous remercie pour l’intérêt que vous portez à cette marque et à ceux qui ont participé à sa vie.

Vos questions ont soulevé de multiples souvenirs, bons et mauvais, mais j’ai conservé surtout les bons ! J’ai côtoyé chez Yema des personnes exceptionnelles, j’ai beaucoup appris et j’espère que le travail que j’ai effectué a été bénéfique à cette entreprise.

J’ai redécouvert par vos publications des modèles que j’avais oubliés, je travaillais vite et sur de nombreux modèles en même temps. J’ai revu des photos avec curiosité du bracelet caoutchouc moulé qui m’avait tenu à cœur, comme de la série rectangulaire très anguleuse avec des vis décoratives, et aussi des montres hippodrome (publicité télé) et tant d’autres produits pour lesquels je m’étais passionné … 

Vous semblez très attaché aux montres techniques, c’est vrai qu’elles ont beaucoup participé à l’image de Yema. J’espère pourtant qu’un jour quelqu’un s’intéressera aussi aux produits féminins, il y a eu dans les collections Yema de véritables pépites !

Il est vrai que je m’intéresse plus aux montres techniques car je me suis initialement intéressé aux montres YEMA lorsque j’ai débuté l’horlogerie en amateur. Je me suis naturellement tourné vers les montres sportives que je pouvais facilement porter moi-même. C’est plus stimulant. Je suis en effet convaincu que les montres féminines ont également un intérêt, mais il est beaucoup plus difficile d’identifier les modèles les plus intéressants : elles sont moins recherchées et moins faciles à trouver. Auriez-vous l’une de ces « pépites » à me signaler ?

En réponse (partielle) à nos derniers échanges, j’ai cherché ce qui me semblait intéressant dans les montres « dame » … je n’ai pas retrouvé de modèles très marquants, mais quelques exemples de produits « différents » !

La première photo d’une montre en chrome noir est celle d’une série qui me plaisait beaucoup, c’est un prototype de ce style mais avec une forme plus complexe que j’ai porté assez longtemps.  Je crois que cette série existait aussi en ronde.YEMA-montre-femme-design-Jean-Muller
La deuxième photo est celle d’un modèle sorti ultérieurement avec une ouverture hippodrome très longue, la carrure ne me plaisait pas, ce modèle était sorti trop rapidement et aurait nécessité diverses modifications … j’avais dessiné en même temps ou juste après d’autres montres hippodrome beaucoup plus douces dont une est en photo sur un petit dépliant publicitaire  Techniquement ces boitiers acier étaient d’une qualité et d’une finition exceptionnelles avec des fonds fixés par vis … j’aurais préféré utiliser des mouvements mécaniques, mais nous étions encore à l’avènement du quartz, et on me donnait comme argument que les femmes n’aimaient pas remonter leurs montres … 

YEMA-montre-femme-design-Jean-MullerLa troisième photo est un modèle de ma période « vis », elle n’avait pas connu un grand succès mais j’étais très satisfait d’avoir pu faire réaliser ces angles vifs dans l’ouverture de glace

Par ailleurs votre mention du bracelet caoutchouc moulé m’intrigue. De quel bracelet s’agit-il ?

Sur cette page de catalogue trouvé sur le site du club YEMA, tous les modèles sont équipés d’un bracelet caoutchouc. J’avais dessiné deux modèles, l’un avec des maillons arrondis et l’autre avec des maillons dessus plat.

YEMA_Collection 1976_Dépliant_04
YEMA_Collection 1976_Dépliant_04

J’aimais beaucoup ces bracelets imputrescibles, agréables à porter, assez souples mais d’une durée de vie limitée malgré une recherche de matière assez longue et difficile.

Cordialement,

Jean Muller

Propos recueillis par R.C. alias Jerry

Lire aussi : Histoire YEMA