Les bracelets Tropic – le plastique c’est fantastique!

9 min de lecture

Au départ, je m’étais lancé sur le sujet épineux  et technique des bracelets proposés par la marque Yema, et puis rapidement, je me suis rendu compte de l’ampleur de la tâche… Je vais donc procéder par étapes et enquêter d’abord sur un accessoire de plongée mythique et souvent utilisé par la marque Yema, à savoir les bracelets dits Tropic. Sujet, qui j’espère sera également apprécié les amateurs d’outils de plongée.

SOMMAIRE

  1. Un peu d’histoire …
  2. Pourquoi les bracelets Tropic sont-ils uniques?
  3. A quoi reconnait-on un vrai Tropic?
  4. Les différents modèles de bracelets Tropic
  5. Yema et les bracelets Tropic (Galerie/ pub / anecdotes)

I. Un peu d’histoire …

La genèse et l’histoire autour des bracelets et de la marque Tropic est bien opaque. Les bracelets Tropic sont aujourd’hui très prisés des collectionneurs de montres vintage mais cela n’a pas toujours été le cas. Il semblerait qu’à l’origine, il s’agisse d’une simple option proposée par les horlogers pour les professionnels de la plongée pour un somme dérisoire. Une alternative intéressante par rapport aux bracelets pour la plupart métalliques à l’époque. A l’origine, ceux-ci étaient proposés par les distributeurs et horlogers et non par les marques, c’est seulement un peu plus tard que des marques comme Yema semblent avoir vendu leurs montres sur bracelet Tropic.

Qui fabriquait ce produit ?
Il n’a pas été évident d’essayer de percer ce secret … il a fallu découvrir une vague inscription sur un sachet contenant des bracelets …  comme illustre la photo ci-dessous.

Source : Forum Chronomania

A la suite de recherches dans les registres de commerce, on apprend que la société Bracelets Union G. Rais est domiciliée en Suisse à Peseux plus précisément dans le Canton de Neuchatel, a Corcelle-Cormondreche (5km² et c3000 habitants à l’époque).

J’entreprends donc de me rapprocher de cette entreprise mais contrairement à mon intuition première, Les Bracelets Union n’était pas les fabricants mais pourait être de simples distributeurs de ces bracelets. D’après mes contacts et investigations en Suisse, ces bracelets étaient en fait fabriqués par la société Edouard Bollier – Bolima. Une autre société Suisse encore plus confidentielle que la précédente … donc cela reste encore à confirmer.

Je me heurte ici au culte du secret de nos amis Suisses. Le souci étant que tous ces messieurs sont décédés depuis et leurs descendants n’en savent pas beaucoup plus malheureusement… je lance ici une bouteille à la mer… Contactez-moi si vous avez plus d’infos pour compléter cet historique et percer ce mystère.Autre interrogation, les bracelets Tropic ont été également distribués par une autre société BestFit principalement aux USA semble-t-il … Bien évidemment, Je ne trouve pas de lien entre Bracelets Union et cette dernière… 😅

Une chose est sûre, ou à peu près sûre, c’est qu’ils sont apparus à la fin des années 60 et qu’il s’agissait d’une option peu onéreuse et confortable pour l’époque, principalement pour les plongeurs.

II. Pourquoi les bracelets Tropic sont-ils uniques ?

Aujourd’hui, les détenteurs de montres vintage de plongée ne jurent que par les bracelets Tropic, pour leur confort d’abord mais aussi pour leur look délicieusement rétro et vintage. Mais qu’est ce qui  les rend si particuliers et uniques?
Comment expliquer que nous n’arrivons pas à recréer un tel niveau de confort ?

La réponse à ces questions réside principalement dans la matière de ceux-ci.
Attention cours de chimie et port de blouse blanche obligatoire.

Credit: Oxwork.com

On n’est pas beau comme ça ?

Plus sérieusement, sont-il en caoutchouc ? Le caoutchouc est un matériau qui peut être obtenu soit par la transformation du latex sécrété par certains végétaux (par exemple, l’hévéa), soit de façon synthétique à partir de monomères issus d’hydrocarbures fossiles. Il fait partie de la famille des élastomères.

A ne pas confondre avec le latex : Le caoutchouc naturel est obtenu à partir de l’écorce de l’hévéa sous forme d’un liquide blanc laiteux, appelé latex.

Les bracelets Tropic ne sont pas en silicone, qui est une matière synthétique. Le silicone est comme son nom l’indique fabriqué à partir de silicium. Il peut être liquide, ou sous forme de gel et même solide.

Les bracelets Tropic sont en Caoutchouc, en vulgaire plastique me direz-vous? Oui, mais pas que! Il semble qu’il s’agisse d’un caoutchouc vulcanisé.

Qu’est-ce que la vulcanisation ? La vulcanisation est le procédé chimique consistant à incorporer un agent vulcanisant (soufre, le plus souvent) à un élastomère brut pour former, après cuisson, des ponts entre les chaînes moléculaires. Cette opération rend notamment le matériau moins plastique mais plus élastique et donc moins cassant et résistant. 😉

La composition des bracelets Tropic reste une nouvelle fois un peu obscure mais les matériaux usités sont tous naturels et donc pour la plupart hypoallergéniques. A l’usage, ils ne cassent pas, résistent à la tension et à l’étirement.  De plus ils n’attirent pas les poussières (contrairement à la matière silicone) et ne subissent pas de perte de couleur au contact des rayons solaires. Un bracelet Tropic aujourd’hui reste encore parfaitement utilisable après plus de 50 années! (Si seulement c’était le cas pour toutes nos vieilles tocantes…) En outre, il est bien évidemment parfaitement étanche… ce qui est relativement pratique pour un outil de plongée vous me l’accorderez.

 

III. A quoi reconnait-on un vrai Tropic ?

A présent, étudions ensemble comment reconnaitre un véritable Tropic d’époque. Il semble que le procédé production se soit complètement arrêté avec la disparition des différentes sociétés mentionnées plus haut. Mais avec l’avènement des montres vintage relativement récent, l’appétit pour un tel outil de plongée n’a fait que grandir, poussant certains à la reproduction de ces fameux bracelets, ces derniers devenant plus difficilement trouvables du fait que les sociétés productrices aient tout bonnement disparu. Il est en effet, relativement aisé de faire un moule à partir d’un bracelet original pour en faire de nombreuses copies en silicone par exemple.

Pour s’assurer qu’un bracelet Tropic est un vrai, il suffit d’observer les écritures sur ce dernier, si c’est un Port-Salut c’est écrit dessus … 😉

Etudions ensemble le modèle phare et surement le plus classique de la marque. Vous devez pouvoir lire distinctement les écritures suivantes :

  • Tropic 
  • MOD. DEP. ie. Modèle Déposé
  • Swiss Made ça veut dire fabriqué en Suisse 😉
  • Ref. ici 22504 donc anses courbes et 19mm d’entre cornes.

  • Largeur d’entre corne en millimetre

Concernant les réferences, d’après ce document il existe, pour le modèle le plus classique, il en existe pas moins de 43, selon la taille, la forme des anses, la couleur, et la longueur de ceux-ci!

Ici, nous avons donc affaire à deux bracelets de couleur noire, 19mm.

  • 504 = anses courbes
  • 520 = anses droites et extra long

 

IV Les différents modèles de bracelets Tropic

On peut essayer de schématiser:

  • Tropic « Classique » – Admirez la tapisserie côté recto et le gauffrage coté verso

  • Tropic Sport – Grands trous ici en Bordeau 😍 A noter l’absence d’écriture Mod. Dep. mais à la place une nouvelle écriture Water Proof.
  • Tropic Star – Petits trous sans gauffrage, à noter le style de la boucle qui change par rapport au modèle dit classique.
  • Tropic 2000 – sûrement l’itération la plus moderne

V. Yema et les Tropics (Galerie/ pub / anecdotes)

Et Yema dans tout ça? Nous avons bien compris que le plastique c’est fantastique et que ces bracelets Tropic restent uniques encore aujourd’hui pour leur confort, mais quel rapport avec Yema? Ne serions-nous pas en train de faire un énorme hors sujet? Eh bien, oui et non … Si avec certitude, on peut affirmer que certaines montres Yema étaient vendues avec des bracelets Tropic véridiques d’autres ne l’étaient simplement pas …

Issue de notre véritable base de données publicitaires Yema … voici quelques exemples. On peut notamment y voir, que la Yema Yatchtingraf, Daytona, Superman et Skindiver etaient équipées de nos fameux bracelets Tropic. MAIS, toujours d’après ces documents, il semble que certains modèles de soient pas vendus à l’époque sur de veritable Tropic; ainsi les modèles Junior ne semblent pas être equipés de ceux ci mais de bracelets proches des véritables Tropic.

Yema a donc aussi produit ses propres bracelets comme en attestent ces photos:

Credit photos: Eric Trehard (Merci!)

On peut y lire très distinctemment à la fois les inscriptions de la marque sur la boucle et sur le bracelet lui-même!

Des petits trous encore des petits trous… L’un des dénominateurs communs sur ces fameux bracelets sont les petits trous mais pourquoi?

Vous l’aurez peut être deviné, ils sont là pour évacuer la chaleur, la transpiration et l’eau au contact de la peau et du caoutchouc. Très probablement, les tout premiers prototypes devaient être sans trous … mais l’eau et la transpiration pouvaient alors stagner entre la peau et le bracelet et causer alors de possibles irritations. L’idée ingénieuse d’y ajouter des trous a dû émerger dans le cerveau des inventeurs de ce type de bracelet. Malin, non? 😉

Les cornes du diable … Mais de quoi parlons-nous ici? Je fais allusion aux bracelets à anses courbes dont les bouts peuvent légèrement sortir de la boîte de la montre, si vous avez un petit poignet.

Si vous avez un petit poinget, les cornes apparaissent. En revanche, un bracelet Tropic anses courbes se marie à la perfection avec une Yema Superman 1963. Les trous à l’intérieur des cornes sont placés un peu plus vers le boîtier.
Sur une Superman 241117 ça passe toujours bien grâce aux cornes épaisses mais le bracelet s’éloigne un peu de la boîte.
Enfin un anse courbe sur une 530016 c’est poignet de 17 minimum. Sinon les pointes sortent. Le boîtier de la 530016 est bien moins épais que la 63 ou encore la 241117. Merci à DiverWatch92 pour cette anecdote.

Les boucles … et pour boucler la boucle, parlons des boucles ardillon des bracelets Tropic, elles sont bien specifiques et reconnaissables facilement.

Sur cette photo, on peut distinguer la forme particulière des boucles Tropic dans sa forme la plus classique mais à noter qu’ils ont existé en couleur or, or rose et bien sûr sous la forme acier.

A noter également qu’il m’est arrivé d’observer des differences au sein de ces mêmes boucles. Comme ici:

Sur l’une, il est fièrement écrit ACIER et sur l’autre rien du tout …

Aussi, sur d’autres modèles de bracelets Tropic, on peut y lire une autre inscription, comme ici, sur ce bracelet Tropic Star avec l’inscription INOX.

Finissons par une note légère avec un petit florilège de photos et de combinaisons de montres Yema avec bracelets Tropic. Vive les bracelets Tropic! 🤘