La Saga du Cadran Bleu – Episode 1

4 min de lecture

Bonjour chers passionnés

Pour me lancer dans ce beau projet de site dédié à cette belle marque horlogère Française qu’est YEMA, mon ami Batilou m’a suscité l’idée de prendre la parole sur la pièce qui représente la genèse de mon histoire d’amour avec la Superman.

C’est ainsi que j’initie par ce premier épisode, une série d’articles pour vous parler de son célèbre cadran bleu.

Pourquoi ?

D’une part, ma première rencontre avec la Superman s’est faite avec une 241117… simplement celle de mon père, qu’il a acheté neuve en 1977 et dont je prends grand soin aujourd’hui. Mais ce n’est pas elle qui va faire l’objet des quelques lignes qui vont suivre.

D’autre part, ce modèle est celui qui présente le plus de variantes. C’est exactement ce que je vais tenter de vous faire découvrir humblement et simplement.

Si le premier et le dernier modèle de la Superman 1 sont dotés d’un cadran noir, c’est sans doute le cadran bleu qui incarne le plus la singularité et la personnalité de ce modèle mythique de YEMA.

Le premier cadran bleu semble être celui aux index droits appliqués.  Trois indices m’incitent à oser faire cette estimation :

  1. Il arbore le premier logo Yema : Y non entouré
  2. Il a d’abord été monté sur le mouvement ETA2452 hérité de la 1963
  3. Puis il a embarqué le France Ebauche FE3611 (sans date rapide)

Le cadran est légèrement bombé sur ses bords et semble métallisé. Selon la luminosité et l’angle de la montre, on peut entrevoir des effets de cadran soleillé, des nuances de violet et parfois on a même l’impression que le cadran est tout simplement noir.

Les index présentent en leur centre un trait vertical de matière luminescente qui patine dans le temps. Chaque index est séparé par seulement deux traits de minutes. En somme, un index représente trois minutes à lui seul : chaque bord et son centre.

Le guichet de date est biseauté et simplement cerclé.

Le positionnement et la taille des index sur le cadran sont mis en valeur par son plexi d’origine haut et bombé. Au porté, ces détails lui confèrent une ouverture compacte du plus bel effet. Enfin, la célèbre lunette bakélite, reconnaissable à son 4 ouvert,  apporte une touche de contraste qui m’a toujours fasciné.

Il est habillé par les incontournables aiguilles heure/minute dites « Superman » et de la fameuse trotteuse cuillère avec ce point rouge très caractéristique. Toutefois, un document d’époque présente ce modèle avec une trotteuse rectangle de 1963.

Les marquages regroupent le logo Y, Yema, Superman et Patent Pending à 12h. 990 feet et automatic sont positionnés à 6h. Mis à part le même document cité précédemment, je n’ai jamais croisé d’autre configuration de marquage sur ce cadran bleu.

Mais le modèle que nous venons de parcourir n’est pas le seul avec le cadran à index droits appliqués. En effet, un autre moins courant, mais qui a dû être produit à la même période, existe.

Il présente une bande horizontale striée traversant l’intégralité du cadran. Ses index sont différents, plus longs, plus fins. La matière luminescente est toujours présente au centre des index mais à 6h, 9h et 12h le trait vertical est doublé.

Curieusement, ce cadran semble avoir moins bien supporté le temps. Tous les exemplaires que j’ai croisés ont tous développé une dégradation de la couleur qui commence souvent par une pigmentation. Certains appelleront cela « poussières d’étoiles »… d’autres diront qu’il a « tropicalisé »… c’est avant tout et surtout une usure du verni et/ou de la matière qui peut être due aussi bien à la qualité/la réaction des produits de fabrication, qu’à l’environnement dans lequel a évolué la montre.

Enfin, il semblerait bien que les aiguilles types Skin Diver et une trotteuse lollipop soit  le trio original pour lire l’heure sur ce cadran.

 

C’est sur cette photo des poignets de deux toqués inconditionnels de la Superman que j’achève ce premier épisode.

Si la réussite du design et de l’esthétique d’une montre sont un ensemble, dont la perception d’homogénéité sera différente d’une personne à une autre, il faut bien reconnaître que le cadran est une pièce maîtresse.

Ce cadran index droit est celui qui a été choisi pour la première réédition de la Superman… Force est de constater que le résultat est assez loin de ce que nous venons de contempler…

A bientôt pour parler des U…

Diverwarch92